31 août : journée mondiale du blogue

Qu’est-ce que la journée mondiale blogue ?

La  journée mondiale du blogue a été créée afin de souligner l’apport des  blogueurs à l’information sur le Web. Cette journée servirait à connaître les blogueurs d’autre pays ou ayant d’autres centres d’interêts. Ce jour-là, les blogueurs pourraient recommander aux visiteurs de leur blogue d’autres blogueurs.

Qu’est-ce qu’un blogue ?

Un blogue (graphie alternative : blog) ou un cybercarnet est un type de site web, ou une partie d’un site Web. Comme son étymologie l’indique (web log signifie journal de bord sur le web en anglais), un blogue est censé contenir régulièrement de nouveaux billets, c’est-à-dire des notes ou des articles agglomérés au fil du temps sur un sujet donné.

Début 2011 étaient dénombrés au moins 156 millions de blogues, publiant à la cadence d’un million de nouveaux billets par jour. Le nombre de blogues inactifs est élevé ; rares sont les blogues qui affichent une grande longévité, et l’écrasante majorité des blogues ont été abandonnés par leurs auteurs.

Un blogueur a aujourd’hui loisir de mélanger textes, hypertexte et éléments multimédias (image, son, vidéo, applet) dans ses billets ; il peut aussi répondre aux questions et commentaires des lecteurs car chaque visiteur d’un blogue peut ou bien laisser des commentaires sur le blogue lui-même, ou bien contacter le blogueur par courrier électronique.

Blog est issu de l’aphérèse d’un mot composé né de la contraction de « Web log » ; en anglais, log peut signifier registre ou journal. La francophonie tente de trouver des équivalences ou des alternatives à cet anglicisme, bien que le franglais soit fréquent sur la Toile, notamment parmi ses techniciens, qui rendent souvent compte de la nouveauté par le biais d’anglicismes et de néologismes.

Un blogueur ou une blogueuse (en anglais : blogger) est l’individu qui a l’habitude de bloguer : il écrit et publie les billets, sans entrer dans la composition de tous les commentaires qui y sont associés. La blogosphère est l’ensemble des blogues. Parfois, par métonymie, on désigne l’ensemble des blogues d’une communauté précise : la « blogosphère homosexuelle », la « blogosphère des standards Web ».

Formes francisées

L’utilisation de la graphie identique à la forme anglaise blog, est la plus répandue si bien qu’elle figure dans les éditions 2006 des dictionnaires Le Petit Larousse et Le Robert.

Le processus d’adoption tardive et progressive d’un néologisme s’est déjà vu à de nombreuses reprises dans le milieu informatique, par exemple pour les mots hardware et software dont on a tiré les mots équivalents matériel et logiciel et pour lesquels avaient été proposés des équivalents comme quincaille et mentaille.

L’Office québécois de la langue française (OQLF) soutient la forme graphique francisée blogue ou le néologisme cybercarnet. La lexicalisation en blogue permet, selon l’OQLF, d’adapter l’anglicisme aux structures morphologiques et orthographiques du français puisque le suffixe -og n’est pas opérant en français (il faudrait prononcer [blo], un g final n’étant jamais prononcé). Cette lexicalisation permet aussi de créer les dérivations « bloguer », « blogueur », « bloguesque », etc., d’éviter la confusion « bloggeur » – « blogger », et semble être adoptée progressivement par toutes les communautés. Toutefois, les formes dérivées sont également largement utilisées par ceux qui conservent la graphie « blog ». Le synonyme cybercarnet offre les mêmes possibilités de dérivations tels cybercarneteur, cybercarnetage, cybercarnetosphère…

En France, la Commission générale de terminologie et de néologie a choisi le mot bloc-notes, ce qui rend son utilisation obligatoire pour les administrations et services de l’État français. Ce mot entre en conflit avec la traduction des mots notepad et notebook déjà utilisés par ailleurs en informatique. De plus, il n’autorise pas de dérivés évidents comme blogosphère.

Par ailleurs, d’autres traductions ont émergé çà et là au sein de communautés de blogueurs, sans connaître pour l’instant un grand succès :

  • journal Webwebjournal ou joueb, qui ne distinguent pas le journaliste du blogueur, à tort selon la majorité des blogueurs ;
  • journal extime n’est pas issu du Web mais emprunté à l’écrivain Michel Tournier. Il décrit étymologiquement un journal intime public. Ce terme désigne en fait plutôt un usage possible pour un blogue (présenter sa propre vie), le blogue étant un média possible pour cet usage. Il existe des blogues à usage très différents (par exemple d’analyses de l’actualité).

Quelques juristes blogueurs ont proposé bloig (mélange des mots « blog » et « loi ») comme traduction de l’anglais blawg (formé sur les mots « blog » et « law », ce dernier signifiant « loi »). La sonorité étant changée par le composé de ce nouveau mot, « cybercarnet juridique » et « blogue juridique » sont proposés par l’OQLF.

Le Club Linux Atomic a adopté la graphie blogue. La France a mis du temps a adopté le mot courriel mis de l’avant par l’OQLF. Peut-être un jour la Commission générale de terminologie et de néologie de France va-t-elle adopter la graphie blogue.

Blogue bless the World

Les célébrités et les politiciens ouvrent tous leur propre blogue. Nouvelle forme de communication, outil marketing, Madonna toujours à la pointe, n’hésite pas à ouvrir son blogue afin que « officiellement » tous ses fans puissent lui parler et laisser des messages directement et toujours « officiellement  » c’est elle-même qui y répond. Tout cela au moment où sort un nouvel album.

Les blogues permettent à des inconnus de devenir stars, comme Salam Pax qui au début de la guerre en Irak décrivait son quotidien à la façon d’un envoyé spécial.

Andy Warhol ne se trompait pas quand il annonçait :
« A l’avenir, chacun aura son quart d’heure de célébrité mondiale »

[Sources diverses, principalement Wikipédia]

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *